Des chiffres à taille inhumaine !
Le doux chant de l'éolienne...

Voici le descriptif mesure et poids pour une éolienne 
soit 89 T + 157 T + 35,7 T * = 281,7 T par éolienne
* 3 pâles de 11,9 T

Caractéristiques du mât

ÉCOUTEZ !

© Collectif du 4 octobre

Dimensions de la nacelle

Caractéristiques du rotor et des pales

Volumes à transporter

Pour une éolienne : 116 camions 
Pour 10 éoliennes :1160 camions sans compter les aménagements du parcours pour arriver à bon port !

Trois semaines de travaux dans la côte de Sexcles pour faire passer les pales destinées au parc éolien de la Luzette, à Saint-Saury, dans le Cantal.

 Collectif du 4 octobre

P.-J. Lescure

Une éolienne filmée à sa verticale 
(Saint-Saury - limite Lot/Cantal)
Éoliennes, terres rares et désastre environnemental : une vérité qui dérange

Le développement de technologies vertes telles que les éoliennes reposent sur les « terres rares », dont l’exploitation en Chine se fait dans des conditions sanitaires et environnementales scandaleuses.

L’appellation « terres rares » regroupe un ensemble de 17 éléments chimiques comprenant le scandium, l’yttrium et les 15 lanthanides (en gros tous les éléments chimiques allant du numéro atomique 57 au 71). Évidemment, ces éléments ne vous disent probablement rien. Pourtant, ceux-ci sont présents en petites quantités dans la plupart des produits high-tech qui garnissent notre quotidien.

Une éolienne cache dans ses entrailles toute une panoplie d’équipements dont un alternateur à aimants permanents. Ces fameux aimants permanents – extrêmement couteux au passage – sont généralement en partie composés d’un alliage de terres rares (néodyme-fer-bore dans la majorité des cas, avec de plus petites quantités de dyprosium et depraséodyme). Ainsi, pour fabriquer une éolienne de 3 MW, la compagnie Frontier Rare Earths, spécialisée dans le domaine des terres rares, cite des quantités de terres rares allant jusqu’à 2 700 kg !

Source : contrepoints.org

La pollution causée par les terres rares.

(Photo: metal-rare.blogspot.fr)

L’appellation « terre rare » provient de la difficulté de séparer les minerais de l’ensemble dont ils font partie (séparation par échange d’ions), qui contient notamment des métaux radioactifs tels que le thorium et l’uranium.

Même si la ressource est répartie inégalement sur la planète, elle n’en reste pas moins abondante, en particulier dans les couches géologiques en profondeur. Néanmoins, leur extraction est limitée par des coûts économiques plus élevés que pour des minerais classiques et par un coût environnemental particulièrement sévère (pollution des sols, atteinte à la santé publique) avec les procédés actuels.

© 2016  Agir Autrement Pour La Xaintrie - AAPLX | Lacan 19430 GOULLES — Tel : 06 08 91 87 26 — contact@agirautrementpourlaxaintrie.fr

Création : Pierre-Jean LESCURE